1. 5 astuces psychologiques pour générer plus d’engagement

    Par

    Bienvenue dans une nouvelle édition des Flight School Friday. Aujourd’hui, nous traitons de l’engagement par l’email.

    L’engagement est un terme employé à tort ou à raison pour savoir si vos destinataires prêtent effectivement attention à vos messages. Une des manières les plus évidentes pour le mesurer est la prise en compte du taux d’ouverture et de clics de vos emails.

    Dans ce cas, pourquoi s’inquiéter qu’une proportion de vos contacts ignore vos messages ? Plus vos listes de contacts sont importantes, mieux c’est, non ?

    A vrai dire, une liste de contacts avec des lecteurs actifs et engagés est bien plus intéressante. Ce pour plusieurs raisons. Tout d’abord, si l’essentiel de vos destinataires sont impliqués par vos messages, cela signifie que vos dépenses liées à l’emailing portent leurs fruits ; dans le cas d’une liste de contacts importante mais non spécifiée, vous prenez le risque de dépenses inutiles, puisque la plupart des fournisseurs de services emailing vous facturent en fonction du nombre de contacts à qui vous envoyez. Surtout, vous voulez que vos contenus convainquent vos destinataires, puisque les gens ont tendance à mettre en spam un message qui ne les intéresse plus plutôt que de se désinscrire. Des emails engageants signifient donc un taux de mise en boîte de réception plus important.


    Le fait que nos boîtes de réception soient inondées d’emails n’est pas un fait nouveau. C’est pour cela que nous avons consacré un précédent post aux applications vous aidant à contrôler le flux d’emails entrant dans votre boîte de réception. Une des raisons pour lesquelles nous nous sentons parfois dépassés par les emails vient du fait qu’en tant qu’êtres humains, nous ménageons nos ressources mentales (qui ne sont pas illimitées).

    En appliquant à vos campagnes certains principes reconnus de psychologie collective, l’engagement que provoqueront vos emails auprès de vos destinataires sera plus aisé à obtenir. Or, plus d’engagement se traduit par un retour sur investissement lui aussi plus conséquent.

    Nous vous proposons 5 méthodes pour renforcer cet engagement.


    1 – Facilitez les choix

    image

    Trop de choix tue le choix. ©garryknight

    Les emails sont de plus en plus lus sur plateformes mobiles ; de ce fait, les gens ont de plus en plus tendance à les lire en diagonale. Plus vous proposerez de choix, moins vous retiendrez leur attention. Dans une étude publiée par la Columbia University, Sheena S. Iyengar affirme que les clients sont plus enclins à acheter de la confiture quand on leur propose 6 pots différents plutôt que 24 ou 30 propositions. Surtout, leur taux de satisfaction est plus important quand le pot a été sélectionné parmi un lot réduit.

    Appliquée à l’emailing, cette règle est simple. Si vous proposez un bouton cliquable, un lien vers un article et une vidéo YouTube dans un même email, vos destinataires risquent tout simplement de ne rien faire. Aussi, facilitez la vie de vos utilisateurs et réduisez les actions possibles à une seule, celle qui a vraiment un sens pour votre business.


    2 – Faites don de vous !

    Dans Influence : The Psychology of Persuasion, Robert Cialdini prend pour exemple les membres de la secte Hare Krishna. Ces derniers, en offrant une fleur aux arrivants dans les aéroports, avaient plus de chances de recevoir de dons.

    L’idée derrière cette expérience n’est pas pour vous de commencer à offrir des fleurs à vos utilisateurs (même si des fleurs font toujours plaisir), mais de retenir que la réciprocité est un moteur social essentiel. Vous ne pouvez pas constamment demander à vos lecteurs d’agir à partir de vos emails. Vous devez les rétribuer si vous voulez générer plus d’engagement dans vos futures campagnes. Vous pouvez par exemple envoyer des codes promotionnels particuliers pour membres les plus fidèles (ceux qui lisent et cliquent le plus dans vos emails). Vous pouvez aussi leur envoyer des guides gratuits en remerciement de leur inscription…


    3 – Pas de demande en mariage après le premier rendez-vous

    L’auteur de The Power of Persuasion s’est fait passer pendant des semaines pour un vendeur de voitures afin de glaner des informations sur le processus de vente. Il a remarqué que les meilleurs commerciaux étaient ceux qui proposaient d’abord des engagements limités à leurs prospects avant d’avancer pas à pas vers des ventes plus conséquentes.

    Le principe est le même pour l’email marketing : invitez vos clients à découvrir vos produits plutôt que les pousser à acheter directement. Par ailleurs, lorsqu’ils souscrivent à votre newsletter, assurez vous que le lien de désinscription est clair et visible, dès le départ.

    Les gens doivent prendre des décisions. Respectez leur volonté en leur donnant un minimum de libre arbitre.


    4 – Quel goût a le dernier cookie ?

    image

    Il y a manifestement trop de cookies. ©jules:stonesoup

    Dans une étude de 1975, les étudiants, quand on leur proposait une boîte à cookies pleine et une autre quasiment vide, préféraient prendre les biscuits de la seconde boîte.

    Nous avons plutôt tendance à nous intéresser à ce qui est rare et limité. On retrouve souvent ce principe de limitation lors des ventes flash et des applications disponibles uniquement sur invitation (c’est ainsi qu’ont fonctionné Gmail et Facebook à leurs débuts).

    Exploitez cette attirance pour la rareté dans vos campagnes en proposant des offres exclusives aux clients ayant souscrit à vos newsletters. Inquiet que personne ne se soit inscrit à votre webinar ? Mettez en avant le fait que les places sont limitées et proposez à vos destinataires de s’y inscrire directement à partir de votre email.


    5 – Racontez des histoires, améliorez l’expérience du lecteur

    Les êtres humains adorent les histoires. Elles nous aident à comprendre le monde qui nous entoure et donnent du sens à une information brute. Notre faculté à développer des histoires est si importante que nous parvenons même à en raconter là où il n’y en a pas.

    Vous en doutez ? Regardez cette vidéo et jurez-nous que vous ne voyez pas d’histoire :

    C’est pour cette raison qu’Apple a sorti ces vidéos où Johny Ives décrit le processus de création d’un nouveau produit. Il ne s’agit plus d’un simple lancement de produit ; c’est la dernière étape d’un voyage épique.

    Peu importe l’importance de votre société ou du secteur dans lequel vous agissez : il y aura toujours une histoire à raconter lors du lancement d’un nouveau produit, d’une nouvelle fonctionnalité ou même dans l’évolution de votre entreprise. Chaque étape de la vie d’une entreprise est riche en histoires, que ce soit par les échecs, les défis, les découvertes et les réussites. Mettez ces histoires au début et dans le corps de vos emails. Vous créerez plus d’engagement auprès de vos destinataires, qui voudront lire ces histoires.

    Ca sera toujours plus intéressant que de lire une liste sans imagination énumérant les fonctionnalités de votre nouvelle application.


    L’email marketing a beaucoup à apprendre des principes de base de la psychologie pour être plus persuasif et engageant. En définitive, l’objectif est de facilité le processus de décision des destinataires.

    Vous avez d’autres astuces pour augmenter l’engagement par le biais de l’email ? N’hésitez pas à les partager avec nous.

  2. "DMARC a permis de réduire le taux de spam venant de Yahoo de 90%"

    Par

    Alex Stamos, Chief Information Security Officer de Yahoo! a récemment affirmé devant une commission du Sénat des Etats-Unis que l’intégration de DMARC par Yahoo! avait réduit la quantité de spam émise par des comptes Yahoo Mail de plus de 90%. Son témoignage avait lieu dans le cadre d’une enquête à propos de la publicité en ligne et des risques cachés qu’elle peut entraîner pour la sécurité des consommateurs et l’intégrité de leurs données privées.

    Stamos a insisté sur le fait que le spam est le moyen le plus simple que les organisations et individus malveillants peuvent déployer pour récupérer de l’argent en ligne de manière illicite. Par exemple, l’usurpation d’emails est une pratique répendue : les spammeurs se font passer pour une personne ou une entreprise que vous connaissez et vous demandent vos informations privées (numéro de carte de crédit, identifiants et mots de passe…)


    DMARC (pour Domain-based Message Authentication, Reporting & Conformance) est une norme technique cherchant à réduire le nombre de ces usurpations, créée par un groupe d’organisations. Elle se place dans la continuité des systèmes d’authentification déjà existant SPF et DKIM. Comme ces deux systèmes, elle permet aux expéditeurs d’indiquer sur quelle base ils sont authentifiés. Elle comprend aussi une attitude à prendre au cas où les emails atteignant les serveurs de réception d’email ne parviennent pas à authentifier l’expéditeur (rapport, mise en quarantaine, rejet). DMARC standardise la façon dont le serveur de réception gère ces événements et signale l’envoyeur en cas d’abus et de tentative d’usurpation d’identité.


    L’usurpation d’identité est une véritable menace pour votre identité de marque. Le volume annuel d’emails d’usurpation envoyé est impressionnant. Dans un communiqué de presse publié plus tôt cette année par DMARC.org, Twitter annonçait avoir découvert 2,5 milliards d’emails d’usurpation envoyés en son nom sur une période de 45 jours seulement.

    Avec l’augmentation du flux du spam, les utilisateurs sont de plus en plus méfiants quant au partage de leurs données personnelles. Dans une étude récente menée par SDL, 62% des participants à l’enquête se déclaraient inquiets par la façon dont les marques allaient utiliser leurs données.

    Implémenter DMARC réduit de manière significative les risques d’usurpation d’identité par email et renforce la relation entre la marque et ses clients. Twitter affirme par exemple que la proportion de ces atteintes à son identité a chuté drastiquement depuis l’ajout de DMARC. Ce qui représentait il y a peu quelques 110 millions de messages d’attaque quotidiens est désormais passé à “seulement” quelques milliers.


    Il est compliqué d’obtenir la confiance de ses clients, mais le jeu en vaut la chandelle : 79% des consommateurs sont plus enclins à partager leurs informations personnelles avec une marque en qui ils ont confiance. Extraire ces données sur vos clients vous permet de mieux comprendre leurs comportements et mieux adapter votre communication.


    DMARC est parfaitement intégrable à Mailjet. Contactez notre équipe pour en savoir plus sur son implémentation à vos noms de domaine.

  3. Mailjet Monday : Shubham Sharma

    Par

    Dans le cadre du Mailjet Monday du jour - ces nouveaux rendez-vous bimensuels où nous vous présentons un des membres de l’équipage Mailjet - nous parlons de Shubham Sharma. Développeur évangéliste le jour, étudiant la nuit, Shubham travaille avec notre équipe parisienne tout en terminant ses études d’ingénieur en télécommunications à l’EPITA.

    Quand il ne code pas, il s’occupe de Cristal, la Junior entreprise de l’EPITA et d’Epitech. Cristal permet aux étudiants de ces écoles de travailler au sein de petites startups en tant que contracteurs. Ils peuvent ainsi mettre en pratique les compétences apprises en cours, accompagner ces nouvelles entreprises dans leur croissance et gagner un peu d’argent. En tant que vice-président de l’association, Shubham supervise les comptes clients et aide les étudiants à gérer le temps de travail accordé à ces projets.

    Shubham est devant, au milieu, avec le sweat blanc. (photo de Hélène L’Hoste-Guibert)


    Que fais-tu au sein de Mailjet ?

    Mon rôle peut se diviser en trois missions principales. La première implique ma participation régulière à des hackathons, des rencontres et des événements consacrés aux développeurs. En participant à ces rendez-vous, je peux juger efficacement quelle sera la prochaine grosse tendance technologique. Dans ce secteur, tout évolue très vite.

    La seconde consiste en une veille active à propos de Mailjet sur une multitude de plateformes (Quora, Stack Overflow, Twitter…). Le but n’est pas de pousser la communauté des développeurs à utiliser les API de Mailjet, mais de les aider à envoyer les emails les plus efficaces possibles.

    Enfin, il y a toute une partie “pré-Sales”. Dans le cadre des deux premières missions, j’ai l’opportunité de rencontrer des expéditeurs d’emails confrontés à des problèmes d’envoi ou de réception, ou à la recherche de plus d’informations sur les API en général. Mon rôle est de reprendre leurs problèmes un à un et d’expliquer comment notre produit peut répondre à leurs attentes.


    Quel est ton langage de programmation favori ? Où codes-tu le plus efficacement ?

    A l’école, j’ai codé de nombreux projets en C.C est un langage de bas niveau mais il est très pratique parce que l’on peut tout faire avec : on est plus proche de la machine, on a plus de contrôle sur elle. Je me suis également essayé au JavaScript récemment.

    Mais mon langage préféré reste PHP, celui avec lequel j’ai commencé à coder il y a maintenant 8 ans. Ca n’est pas le plus sophistiqué des langages (il est très simple à prendre en mains), mais au fil des ans, j’ai appris à l’utiliser dans le cadre de projets bien plus complexes.

    Quant à savoir quelles sont les conditions optimales pour que je code… je dirais à 2h00, dans ma chambre. Pas de distractions, seulement du silence.


    Comment te sers-tu des API Mailjet au quotidien ?

    La plupart du temps, je me sers de notre SendAPI. Elle permet d’envoyer des emails grâce à une simple requête HTTP. Elle est très pratique pour surveiller et gérer les serveurs de mon école, l’EPITA. J’ai programmé une alerte automatique : dès qu’il y a un problème, je reçois immédiatement une alerte email.


    Quel conseil donnerais-tu à un étudiant souhaitant devenir développeur évangéliste ?

    Les Relations avec les développeurs sont encore un secteur de niche. Par exemple, j’ai moi-même commencé en tant que développeur. Avoir une expérience solide dans la programmation est impératif. En tant que développeur évangéliste, vous devrez être capable d’avoir une discussion technique pointue avec d’autres développeurs, mais également de traduire le jargon technique en des termes compréhensibles par tous ceux qui sont intéressés par votre produit.

    Surtout, vous devez montrer un enthousiasme réel pour le développement en général et votre produit en particulier. Parfois, vous serez bloqué pendant des heures sur un problème technique. D’autres fois, vous ferez des nuits blanches lors de hackathons. Vos journées ne se termineront pas forcément à la sortie du bureau : il faudra également développer votre réseau. Mais malgré tout cela, c’est un métier génial, où on s’amuse beaucoup. C’est le meilleur travail du monde.


    Ton moment préféré chez Mailjet ?

    Il y en a tellement… Grâce à Mailjet, j’ai eu la possibilité de participer à une multitude d’événements tech où j’ai pu rencontrer des personnes incroyables, avec des idées révolutionnaires. Mais si je devais choisir un moment en particulier, ça serait le Hackathon de TechCrunch Disrupt. J’ai été à de nombreux hackathons par le passé, mais ce rendez-vous était d’un tout autre niveau : 500 participants, utilisant différents langages de programmation… Comme nous étions sponsors de l’événement, j’ai passé une nuit blanche en compagnie de tous ces développeurs pour les aider à intégrer correctement notre API à leurs projets. J’ai beaucoup appris de cette expérience géniale.

  4. Emails vs Notifications sociales : le choc des titans n’a pas eu lieu

    Par

    image

    Avec l’avènement des réseaux sociaux dans la deuxième moitié des années 2000, nombreux sont ceux qui ont décrété la mort de l’email. Mark Zuckerberg le premier a affirmé en 2010 que l’email était obsolète face à des canaux de communications comme les SMS ou les messageries instantanées (cela n’avait bien sûr rien à voir avec le lancement de Facebook Message). On comprend alors pourquoi nombre d’e-marketeurs ont choisi de mobiliser une grande partie de leurs actions sur les réseaux sociaux pour acquérir de nouveaux prospects et les convertir en clients.

    Email = conversion

    Ce changement de stratégie a-t-il été payant ? Une étude récente du cabinet de consulting McKinsey & Company montre que non. Malgré l’apparent déclin de l’email entre 2008 et 2012 (période phare pour les réseaux sociaux alors florissants), l’email reste le canal de communication privilégié d’acquisition et de rétension de clients, avec des taux de conversion 40 fois plus importants que Facebook et Twitter réunis.

    Le triggered email, l’avenir de l’emarketing

    L’email comme canal marketing est donc loin d’être mort. Même, après une période de marasme durant laquelle l’email marketing et les campagnes de newsletters étaient facilement assimilées à du spam, les emarketeurs sont munis d’outils permettant d’envoyer le bon message à la bonne personne au bon moment. Grâce à une base de contacts correctement personnalisée et segmentée, vous pouvez envoyer vos emails automatisés. Vos destinataires recevront des messages qui les concernent directement, d’après leurs comportements précédents.


    L’email devient un outil plus efficace pour impliquer vos clients. Vos destinataires vont plus facilement vouloir interagir avec vous et entretenir une relation privilégiée avec votre marque. Contrairement aux messages poussés sur les réseaux sociaux traditionnels (une voix s’adressant à une multitude indissociée), vous avez un échange en face à face beaucoup plus engageant.

    Réconcilier email et réseaux sociaux

    Il ne faut cependant pas en finir avec les réseaux sociaux. Les canaux email et réseaux sociaux doivent fonctionner de concert. Vos pages Facebook, Twitter, Google+, Instagram, Pinterest… restent un excellent moyen d’exposer vos contenus et pour diffuser votre image de marque. Notez également qu’insérer des boutons de partage de vos contenus emails sur les réseaux sociaux augmente le taux de clics dans l’email de plus de 150%. Vous émulerez ainsi vos différents canaux de diffusion, gagnerez un temps précieux passé sur les réseaux sociaux - qui plus qu’un canal d’acquisition, deviennent une interface entre votre marque et vos clients - et pourrez vous focaliser sur ce qui fait vraiment du sens : les emails.

  5. Retour sur TechCrunch Disrupt

    Par

    La semaine dernière, Mailjet a participé pour la première fois à TechCrunch Disrupt. Ces cinq jours ont été intenses en hacking originaux, présentations efficaces et conférences menées par des intervenants renommés.

    L’événement a commencé samedi matin, sous le soleil, alors que nous finissions d’installer notre stand au Manhattan Center, notre base temporaire lors du hackathon et des conférences.
    image

    Avec le lancement de notre nouvelle API, nous avons organisé une compétition pour les 300 développeurs réunis lors du Hackathon. Les trois équipes faisant l’usage le plus créatif de nos APIs et réalisant les meilleures performances générales repartaient avec nos prix spéciaux (chèques, cartes cadeaux Fancy et hotspots Karma). Les différentes équipes avaient de 13h30 le samedi à 9h30 le dimanche pour conceptualiser et sortir leurs produits.

    Nos supers développeurs évangélistes Tyler et Shubham ont accompagné les hackers durant tout ce temps pour les aiguiller dans leurs réflexions et accélérer leur processus de production. Après 20 heures d’intenses brainstormings sous perfusion de café, parfois interrompues par des batailles de Nerf, nous avons pu rencontrer toutes les équipes participantes. Il semblerait que la privation de sommeil est un excellent facteur de lien social !

    Notons que le t-shirt Mailjet/TechCrunch Disrupt Tour Concert a été très populaire. Alors que le soleil se levait sur New York, nous étions presque à court de réserves ! Quelques-uns des hackers ont même présenté en portant nos couleurs (merci pour le partage !)
    image

    Une multitude d’applications ont été conçues grâce aux APIs Mailjet, du plus utile au plus amusant. Nommer les vainqueurs a été compliqué. Après de longues discussions, nos choix se sont portés sur Concur Trip, Employee Appreciation and It Gon Rain. Félicitations à ces trois équipes !
    image

    image


    Après cet événement de longue haleine, l’équipe Mailjet, reposée, était fraîche et dispo pour attaquer la conférence, à partir de lundi matin. C’était l’occasion d’annoncer nos prochaines fonctionnalités : A/x Testing, le comparateur de campagnes, la segmentation et la personnalisation.

    Ces fonctionnalités permettront aux marketeurs et aux développeurs d’utiliser leurs données encore plus efficacement : l’utilisation de statistiques historiques et la meilleure compréhension des habitudes de chaque client créeront des relations personnelles et directes. Pour l’heure, quelques-unes de ces nouveautés sont accessibles en beta privée. Mais ne vous inquiétez pas : tout devrait être disponible d’ici la fin du mois. En attendant, vous pouvez les découvrir ici !


    Quand nous n’étions pas occupés à animer notre stand ou à présenter notre démo, nous avons eu le plaisir d’assister aux présentations d’intervenants tels qu’
    Astro Teller de Google, David Byttow, CEO et co-fondateur de Secret, Shane Smith, CEO de Vice ou encore Marissa Mayer, CEO de Yahoo! Grâce à l’excellent travail de modération et d’interview des journalistes de TechCrunch, les différents conférenciers ont pu nous apprendre sur les coulisses d’entreprises médiatiques et technologiques majeures. Nous en avons appris plus sur la révolution que vont connaître les interactions sociales et sur la manière dont, nous, en tant que consommateurs, nous sommes acteurs de ce processus. « Notre stratégie est de faire en sorte que [votre produit] soit aussi bon que possible, pas d’essayer de vous faire croire qu’il est bon. » a ainsi déclaré Chris Wanstrath, CEO de Github.


    Vous avez raté l’événement ? Pas de panique, vous pouvez revoir le meilleur de l’édition 2014 de TechCrunch Disrupt New York sur la chaîne YouTube de la conférence.